Un garçon

Un garçon

 

Au contraire de ce qui c’était passé avec Thom et Laura, les fées n’ures pas le temps de nettoyer le précieux trésor qui trônait dans ma paume que celui-ci se mit a bougé et à se fissurer. Un liquide transparent s’écoulas lentement de ses craquelures. Ce liquide avait la consistance du blanc d’œuf cru, mais ne me répugnât pas le moins du monde. Quelques secondes s’écoula et les morceaux de l’œuf s’écartèrent pour donner vie à un être minuscule, une fée. C’est alors que toutes les petites personnes m’entourant firent un pas en arrière et j’entendis un « ohhh ! ». Je ne comprenais pas ce qui se passait. J’observais longuement la chose a qui je venais de donner naissance. Elle était très petite et toute collante. Elle était agenouillée sur ma peau. Ces vêtements étaient constitués d’herbes, de feuilles d’arbres et de fleurs microscopiques. Cette chose était un garçon.

C’est là que je compris la réaction des autres fées. Je levais la tête et les regardais. Toutes, y compris les deux nouvelles étaient de petites filles. Aucun garçon. Et pourtant, s’en était bien un que je tenais dans les mains.

Espérance se dirigea vers moi et m’expliqua qu’il était très rare qu’un garçon fée naisse. Cela arrive à peu près une fois par millénaire et cela était tombé sur moi. Alors, elle m’annonça une nouvelle qui me bouleversa à un point impensable : Cette petite fée masculine était vouée à la mort. A cette idée, je serai contre moi celui qui m’avait vidée de mes forces. Après tout ce temps ou l’œuf étais resté en moi, je m’y étais accroché considérablement. A partir de cet instant, il m’était impossible de m’imaginer vivre sans lui. Espérance et les autres fées se réunissent et il était décidé qu’il serait jeter en bas du pays des merveilles le lendemain a 09h00 du matin. Jamais il ne pourrait survivre à cette chute, Féria étant une immense île flottant dans les airs.

Durant le temps entre la naissance de ma fée et l’heure H, il n’avait jamais quitté mes mains. Le soir de sa naissance, je voulus rester avec Laura pour discuter avec elle, mais celle-ci me rejeta comme un vulgaire déchet alors que nous avions vécu un tel moment de bonheur ensemble durant notre brève « grossesse ».

Complètement déprimé, je voulus trouver du réconfort près de Thom, mais

celui-ci fit de même que la précédente.

C’est alors que je me retrouvais seule avec Fly. C’est le nom que je donna à mon « bébé ».

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site